Les limites paysagères coïncident rarement avec les limites administratives d’un État, d’une région ou d’un territoire. La Cerdagne en est un parfait exemple. C’est un paysage traversé par une frontière séparant différentes administrations publiques, représentant néanmoins un élément fondamental du patrimoine commun.

Vers un paysage de qualité

La préservation du paysage de Cerdagne et sa valorisation se traduisent par les enjeux suivants :

  • La conservation des espaces agricoles, en particulier dans les plaines et sur les plateaux fertiles.
  • La préservation et la mise en valeur des structures paysagères agricoles et naturelles, notamment les haies et rangées d’arbres du bocage, les fermes cerdanes, les constructions en pierres sèches (murs, abris, cabanes…), les forêts ripicoles bordant le Sègre et le réseau de canaux et de chemins, fondamentaux pour la préservation de l’identité de la mosaïque agricole.
  • L’amélioration de l’image des abords de village, en particulier là où les activités agricoles ont été abandonnées.
  • La valorisation du patrimoine bâti historique de Cerdagne et de l’image des villages traditionnels et de leur architecture, et l’intégration des nouvelles constructions, en particulier celles liées au tourisme.
  • La préservation de l’identité des entrées de villages et le cas échéant, leur remise en valeur.
  • L’amélioration de l’image des zones d’activités économiques et de services, des infrastructures routières et autres éléments situés à la périphérie des zones urbanisées
  • La mise en valeur des vues panoramiques depuis les routes de Cerdagne et la création de belvédères permettant de jouir du paysage.
  • La revalorisation de l’identité d’un territoire que l’histoire a divisé et qui peut, grâce au paysage qu’il partage, renouer les liens socioculturels qui unissent les populations, en plus de créer des opportunités de développement local.

Le paysage de Cerdagne

La plaine

La Cerdagne forme une vaste plaine située à 1.000 -1.500 m d’altitude entourée de montagnes et de cimes culminant à 2.500 – 3.000 m (Puigpedrós, Tossa d’Alp, Penyes Altes del Moixeró, Cadí, Carlit, Puigmal). Elle s’étend sur 40 km de long et 7 km de large entre Bellver de Cerdanya et le Col de la Perche, avec une orientation nord-est / sud-ouest.

Le bocage cerdan

La plaine et les vallées adjacentes, telles que la Vallée de Carol, sont dominées par des paysages agraires structurés par le bocage: des cultures étirées, régulières, délimitées par des talus ou des haies suivant les canaux et les chemins, parfois d’origine romaine. Les terrasses ont permis de cultiver les flancs des montagnes. Bon nombre des bocages sont associés à des fermes cerdanes, c’est-à-dire des bâtiments agricoles traditionnels des XVIIIe et XIXe siècles considérés comme le centre de l’exploitation agropastorale et le noyau de transformation des cultures de la plaine.

La forêt, la rivière et les canaux

Le paysage forestier est essentiellement formé par des conifères (pins à crochets, pins sylvestres et sapins) qui peuplent la moyenne et la haute montagne jusqu’à l’apparition des pâturages, au-dessus de 2.300 m. Le Sègre et ses affluents (l’Alp, le Carol, le ruisseau d’Eyne…), dont les rives sont bordées de trembles, de frênes, d’ormes, de peupliers noirs et de saules, ont favorisé le développement d’un réseau dense de canaux, notamment d’irrigation, datant essentiellement du VIIIe siècle.

Villages et bourgs

La plaine est composée de villages répartis sur l’adret (Talltendre, Ordèn, Éller, Cortàs, La Bastida, Angoustrine, Dorres, Targasonne ….), éloignés du bruit du fond de la vallée, dotés d’une architecture montagnarde affirmée et d’un riche patrimoine roman. Ils contrastent avec les nouveaux développements urbains, essentiellement constitués de résidences secondaires et majoritairement liés au tourisme. Des bourgs plus importants se sont développés entre les mosaïques agricoles (Puigcerdà, Llívia, Prats i Sansor, Bellver de Cerdanya, Saillagouse, Err, Bourg-Madame, Osséja…) ou entre les zones forestières (Alp, Font-Romeu, Égat, Bolquère…). Leurs extensions urbaines sont parfois marquées par une certaine homogénéité et banalisation des formes architecturales.

Les couleurs de Cerdagne

Les couleurs lumineuses de l’adret, le vert pénétrant de l’ubac, les cimes grises ou blanches (selon la saison), les teintes orangées des affleurements de marnes, la plaine agricole hétérogène forment les principales variétés chromatiques de Cerdagne.

Les infrastructures touristiques

Le paysage touristique s’est développé autour des domaines skiables de La Molina, La Masella, FontRomeu, Bolquère, Pyrénées 2000, Err-Puigmal (…), ainsi que sur des ensembles résidentiels.

Belvédères

La Cerdagne présente d’impressionnants belvédères tels que ceux de Puigcerdà, du château de Llívia, de Notre-Dame de Belloc, etc., qui sont propices à la contemplation de la vallée et des massifs qui l’encadrent, et depuis lesquels les habitants et les visiteurs jouissent d’une vue panoramique.